La Raquette à Neige

     Les raquettes  à neige ont été lentement adoptées par les Européens dans ce qui devint le Canada et les États-Unis avec les coureurs des bois. Le nom provient de l'analogie de forme avec la raquette du jeu de paume, alors fort prisé par l'aristocratienote 1. Dès 1537, le même mot commence à désigner une grande semelle à claire-voie servant à marcher sur la neige molle, preuve que les Français devinrent dès leur premier hivernage d'excellents raquetteurs au contact des populations des bords du fleuve Saint-Laurentnote 2. Les compétences supérieures des Canadiens à la raquette à neige a presque renversé en leur faveur la guerre de Sept Ans qui les opposait aux Britanniques, un conflit qui a vu deux conflits appelés la bataille en raquettes.Canadiens en raquette allant en guerre sur la neige (1722).Mais les Britanniques ont rapidement appris à se débrouiller en raquettes. Le Oxford English Dictionary rapporte que le mot a été utilisé en anglais dès 1674. Seize ans plus tard, après un assaut franco-indien sur une colonie britannique vers ce qui est maintenant Schenectady dans l’État de New York, les Britanniques ont pris leurs raquettes et poursuivi les attaquants durant près de 90 km, récupérant finalement à la fois les personnes et les biens pris par leurs attaquants.

            Les raquettes en forme de larme portées par les bûcherons font environ 1 mètre de long et sont larges en proportion, alors que les raquettes des traqueurs font 1,5 mètre de long et sont très étroites. Cette forme typique de la raquette à neige ressemble à une raquette de tennis, le même mot étant utilisé en français.
 
             Cette forme a été copiée par les clubs canadiens de raquettes à neige à la fin du xviiie siècle. Originellement motivés pour des raisons d'entraînement militaire, ils devinrent les premiers utilisateurs de raquettes pour le loisir.

Les clubs de raquettes à neige, tel le club de raquettes à neige de Montréal (1840), ont raccourci la forme de larme à environ 110 cm de long et 45 cm de large, ont légèrement relevé le devant et l'ont terminée par une sorte de queue à l'arrière. Elle a été rendue très légère pour la course, et plus résistante pour la randonnée ou la chasse. La queue de la raquette la maintient droite lors de la marche.

Une autre variante, en patte d'ours, finit en un talon incurvé au lieu de la queue. Alors que les premiers adeptes la trouvèrent plus difficile à apprendre, puisqu'elles étaient plus fines au milieu et plutôt encombrantes, elles avaient l'avantage d'être plus faciles à ranger et plus agiles dans des endroits étroits.

Les raquettes traditionnelles sont constituées d'une seule bande d'un bois résistant, habituellement du frêne d'Amérique, incurvée, liée à ses deux extrémités et renforcée à son milieu par un croisillon ; l'espace au milieu du cadre étant alors rempli d'un maillage resserré de bandes de cuir de caribou ou de bovin, laissant une petite ouverture au-dessus du croisillon pour l'avant des mocassins. Elles étaient tenues au mocassin par des lanières de cuir, parfois par des boucles. De telles raquettes sont toujours réalisées et vendues par les peuples autochtones.



Alors que beaucoup de pratiquants des sports d'hiver redécouvrent la pratique de la raquette à neige, beaucoup de nouveaux modèles de raquettes deviennent disponibles. Les stations de ski et les magasins d'équipement de sport proposent aussi des raquettes à la location ; il s'agit d'une excellente manière pour ceux intéressés par la pratique de la raquette à neige de décider quel type de raquette leur convient.

Les raquettes aujourd'hui sont divisées en trois types : course (petite et légère ; non destinées à la randonnée) ; loisir (un peu plus large ; pour des marches modérées de 5 à 8 km) ; alpinisme (la plus large ; pour des pentes raides, des longs parcours et le hors sentier). Les tailles sont souvent données en pouces, même si les raquettes sont loin d'être rectangulaires. Les raquettes d'alpinisme mesurent généralement au moins 30 pouces (76 cm) de long et 10 pouces (25 cm) de large ; une paire plus légère pour la course peut être légèrement plus étroite et mesurer 25 pouces (64 cm), ou moins, de longueur. Certaines raquettes peuvent être complétées par des rallonges, utiles surtout aux gros gabarits en neige profonde.

Quelle que soit la configuration, toutes les raquettes en bois sont qualifiées de traditionnelles et toutes les autres, dans d'autres matériaux, de modernes.

En dehors des variations liées à l'usage souhaité, les utilisateurs plus lourds devraient choisir des raquettes plus larges. Une formule habituelle est que pour chaque kilogramme de masse corporelle, il doit correspondre environ 14,5 cm2 de surface de raquette pour supporter correctement leur utilisateur. Les pratiquants doivent aussi prendre en compte le poids de chaque matériel transporté, spécialement sur les longs parcours ou sur plusieurs jours. Ceux prévoyant de parcourir des étendues de neige profonde doivent prévoir des raquettes plus larges.

Beaucoup de fabricants indiquent maintenant le poids idéal pour un type de raquette.Attaches correctement ajustées sur deux raquettes de différentes tailles. Noter aussi l'utilisation de guêtres.TSL a lancé depuis 2010 une nouvelle variante avec une position supplémentaire spéciale descente où la chaussure descend en dessous de la raquette. Cette position, rarement utilisée car elle supprime le plaisir résiduel de la glisse qui reste aux raquettes normales, est en revanche très utile dans les passages délicats et très raides de neige gelée pour se sortir d'un mauvais pas, lorsqu'on regrette d'avoir oublié d'amener les crampons d'alpinisme, car les griffes de la fixation passant nettement en dessous de la raquette permettent de se tirer de situations difficiles, avec une excellente accroche talon.
Quand les raquettes traditionnelles étaient encore populaires, il était d'usage d'acheter les fixations séparément, un peu comme pour les skis. Elles étaient communément appelées fixations en « H », puisqu'elles consistaient en une sangle autour du talon croisant une sangle autour des orteils et une autre autour du cou-de-pied, formant une version grossière de cette lettre.[step in alpine]
Nouveau système de fixation step in.Sur les raquettes modernes, il y a deux types de fixation suivant que les orteils peuvent passer ou non sous le tamis. Le premier cas est préféré pour grimper des pentes raides puisqu'il permet de tailler des marches ; le second pour la course, puisqu'il empêche la queue de la raquette de traîner. Le talon est toujours laissé libre.

Une série de sangles, généralement trois, sont utilisées pour maintenir le pied sur la raquette. Certains types de fixation rajoutent une cuvette pour les orteils. Il est important de pouvoir manipuler ces attaches facilement, puisque enlever ou attacher le pied doit être fait en extérieur, par temps froid et avec les mains nues, avec des risques de gelure.

Les extrémités des attaches sont toujours placées en dehors de la direction de la marche, pour éviter de marcher dessus.


Foilly aussi bien que TSL ont proposé dès le départ des options de fixations qui permettaient de chausser des chaussures cramponables, mais comportaient néanmoins des lanières. En 1997, Bill Prater et un de ses associés développent une fixation rapide, conçue pour rendre plus facile aux pratiquants portant des chaussures à coque plastique ou certaines chaussures adaptées de passer facilement des raquettes aux crampons, ou l'inverse, quand cela devient nécessaire.

La marche en raquette

Page 3 sur 5